Catégorie : Contrefaçon de marque de vêtements

Les marques de vêtements sont beaucoup contrefaites. La contrefaçon de marque de vêtements fait partie du secteur de la mode.

Chaussures contrefaites ou copies de bijoux sont accessibles à partir de noms de domaine cybersquattés.

Pour prendre un autre exemple, les vêtements n’échappent pas à ce fléau. Faux jeans, pantalons, polos, t-shirts ou fausses chemises, jupes, robes s’achètent sur des sites internet de contrefaçon.

Les noms de domaine vendant des contrefaçons de vêtements sont souvent constitués de la marque lésée et d’autres termes.

En règle générale, il s’agit de mots génériques comme discount, « outlet », shop, store ou vip.

Il ne faut pas oublier que des termes géographiques comme le nom de pays ou leurs indicatifs sont aussi communément utilisés pour nommer ces fausses boutiques.

Face à cette cybercriminalité, les marques victimes de contrefaçon récupèrent juridiquement les noms de domaine vendant des faux sur internet.

L’OMPI a mis en en place une procédure extrajudiciaire nommée « UDRP » contre le cybersquatting de noms de domaine.

Plusieurs sociétés utilisent ce système de résolutions de litiges contre des noms de domaine commercialisant des vêtements de marques.

Notons qu’Armani, BA&SH, Carhartt, Guess ou The Kooples remportent effectivement souvent des « UDRP » pour des noms de domaine bradant de faux vêtements.

Contrefaçon Marques de vêtements

Détection de noms de domaine vendant de la contrefaçon de marques de vêtements

A l’appui de solutions anti-contrefaçon, les marques victimes de produits contrefaits sont alertés de la commercialisation de faux vêtements.

Par l’intermédiaire de Solidnames, le juriste spécialisé en propriété industrielle, reçoit une alerte quand un nom de domaine reprenant sa marque est déposé. Il est alerté de la vente de contrefaçon de marque de vêtements.

Cette surveillance de marque parmi les noms de domaine s’appelle « Brand Alert ». Un nom de domaine n’est pas toujours immédiatement utilisé par son titulaire.

C’est pour cela que Solidnames a créé « SecURL » en complément de la surveillance de marque. Il faut reconnaître que cette surveillance pour un nom de domaine spécifique est forte utile. En cas d’activation d’une fausse boutique de vêtements, le client est immédiatement averti du changement détecté.

Le duo des notifications « Brand Alert » et « SecURL » est communiqué par email. Les résultats transmis également sont disponibles sur un extranet client déployé à partir du soft Solidnames.

La marque de vêtements BCBG victime de contrefaçon

Un site web de contrefaçon a ciblé les vêtements de la marque BCBG. La marque fondée par le styliste de mode Max Azaria a engagé une procédure anti-contrefaçon contre le nom de domaine hébergeant le site contrefait.


Étiquettes : ,

Contrefaçon contre la marque de vêtements de yoga Lululemon

Le monde du yoga n’échappe pas à la vente de contrefaçon. De faux vêtements de la marque Lululemon ont été vendus via des noms de domaine cybersquattés.


Étiquettes : ,

Fermeture d’un site de contrefaçon de vêtements de la marque Jack Wolfskin

Un site de contrefaçon a commercialisé de faux vêtements Jack Wolfskin. Un nom de domaine cybersquatté a hébergé ce faux site web.


Étiquettes : ,

Un site web suspecté de vendre de la contrefaçon TOMMY BAHAMA

Un faux site web prétend vendre des produits authentiques TOMMY BAHAMA. Pourtant, la marque suspecte que les produits soient de la contrefaçon. Ce doute est renforcé par le profil du titulaire du nom de domaine déjà impliqué dans d’autres cas de cybersquatting de nom de domaine.


Étiquettes : ,

Fermeture d’un site de contrefaçon Yves Saint Laurent

Yves Saint Laurent fait fermer un site internet de vente de contrefaçon. Le nom de domaine litigieux hébergeant le faux site contient la marque de mode YSL associé à Singapour.


Étiquettes : ,

Un site de contrefaçon de vêtements fermé par la marque Volcom

La marque lifestyle Volcom fait fermer un site web vendant de la contrefaçon de ses vêtements. La fausse boutique a été accessible via un nom de domaine cybersquattant la marque.


Étiquettes : ,

Une boutique de contrefaçon Lafuma suspendue

Une boutique de contrefaçon LAFUMA a été suspendue à la suite d’une procédure extrajudiciaire nommée « URS » remportée par le cabinet Germain et Maureau.


Étiquettes : , ,

Vente de contrefaçon de vêtements AGNES B

Un nom de domaine cybersquatté exploite un site de vente de contrefaçon de vêtements AGNES B. La marque de vêtements et accessoires de prêt-à-porter pour hommes et femmes engage une procédure extrajudiciaire UDRP pour le récupérer. Rappelons qu’AGNES B. dispose d’un large réseau de points de vente haut de gamme. L’entreprise exploite le nom de […]


Étiquettes :

Des contrefaçons de vêtements Altar’d State jamais livrées

La marque de mode américaine Altar’d State stoppe une fraude contre des contrefaçons de vêtements Altar’d State jamais livrées. L’arnaque a été opérée via deux noms de domaine cybersquattés déposés successivement. En premier lieu, rappelons qu’Altar’d State est une entreprise de mode féminine âgée de 11 ans et fondée en 2009. Elle compte plus de […]


Étiquettes :

Faux vêtements KITON

Un nom de domaine cybersquatté vend de faux vêtements de la marque KITON. La boutique de contrefaçon est accessible via un site web reprenant la marque KITON et le terme « clothing » (vêtements en français). Dans cette procédure extrajudiciaire « UDRP », le plaignant est l’entreprise italienne Ciro Paone fondée en 1968 à Naples. La société se consacre […]


Étiquettes :