Cybersquatting Boutique Replica faux sac Hermès

Replicas de faux sacs Hermès

Publié le mardi 08 septembre 2020 par Jean-François POUSSARD

La marque de luxe récupère en procédure extrajudiciaire UDRP un domaine vendant des replicas de faux sacs HERMES. Le nom de domaine litigieux prétendait vendre des répliques de la marque.

En premier lieu, rappelons que HERMES fabrique des articles de mode et de luxe. Son siège est à Paris en France. La création de l’entreprise date de 1837. En décembre 2018, la société compte plus de 15 000 employés dans le monde. Enfin, 311 magasins commercialisent la marque HERMES. Plus précisément, 223 boutiques lui appartiennent directement.

En ce qui concerne internet, mentionnons que HERMES exploite un site web destiné à ses clients à l’adresse «www.hermes.com». Le site reçoit en moyenne plus de 2,6 millions de visites par mois. L’entreprise possède de nombreux autres noms de domaine qui intègrent sa marque HERMES, dont <hermes.fr> et <hermes.cn> en Chine. HERMES détient par ailleurs la marque chinoise enregistrée le 28 mai 2001.

Un particulier chinois a justement acheté le nom de domaine litigieux le 20 novembre 2017.

Le nom de domaine squatté a résolu vers un site internet dont la page d’accueil était intitulée «Replica Hermes Shop». Le site pirate a proposé à la vente des sacs qui étaient prétendument des répliques des produits du plaignant.

L’escroc semble également avoir offert à la vente des bijoux de mode qui n’étaient pas spécifiquement désignés comme ceux de HERMES.

Replicas ou contrefaçons sont de faux sacs Hermès

Le nom de domaine litigieux associe HERMES au terme replicas. Il est indéniable qu’une surveillance noms de domaine de la marque au contenant alerte ses utilisateurs de ce type de dépôt.

Une surveillance spécifique du nom de domaine litigieux de type SecURL prévient de la vente de replicas de faux sacs Hermès.

D’un point de vue UDRP, le fait que le vendeur commercialise au moins certains de ses produits comme des répliques des produits d’HERMES plutôt que des contrefaçons (c’est-à-dire des produits qui prétendent être ceux du plaignant) n’est pas une distinction importante. Les répliques de produits sont susceptibles de porter atteinte à la propriété intellectuelle d’Hermès.

C’est-à-dire qu’elles nuisent à la marque et cannibalisent ses ventes.

En ce cas, un site consacré à la vente de tels produits ne comprend pas une offre de bonne foi de biens ou de services.

En théorie, l’utilisation d’un nom de domaine à des fins d’activités illégales ne peut jamais conférer des droits ou des intérêts légitimes au prétendu squatteur. La vente de produits contrefaits, le phishing ou l’usurpation d’identité font partie de ces préjudices malveillants.


À propos de Faux.fr par Solidnames

FAUX.FR est un vrai site d’informations de SOLIDNAMES, société spécialisée dans les noms de domaine internet.

FAUX.FR est un site web d’actualité traitant de faux sites web vendant de la contrefaçon et de faux mails utilisés pour du phishing.

 

SOLIDNAMES, Surveillance, Rachat et Achat Noms Domaine Internet

 

SOLIDNAMES propose des services de surveillance de marque, de rachat et de gestion de noms de domaine.

SOLIDNAMES est un bureau d’enregistrement accrédité par l’AFNIC pour l’achat de nom de domaine.

La société SOLIDNAMES a été créée par Anthony DON et Jean-François POUSSARD. L’entreprise évolue dans le coworking SOLIDPLACES à Bordeaux.

SOLIDNAMES et ses noms de prestations Brand Alert et SecURL sont des marques enregistrées, protégées et surveillées 😊.


Un autre article ?

vêtements Guess contrefaits

Un réseau de contrefaçon de faux vêtements Guess démantelé

De faux vêtements Guess ont été vendus sur un réseau de contrefaçon composé de six noms de domaine cybersquattant la marque. Pour commencer, Guess a débuté comme une entreprise de jeans avant de devenir une marque mondiale de mode. L’entreprise détient des droits sur la marque GUESS sur la base de l’enregistrement auprès de l’Office […]


Étiquettes : ,

Cybersquatting Nom Domaine vendant de fausses cigarettes électroniques JUUL

Contrefaçon cigarettes électroniques JUUL

La marque de cigarettes électroniques JUUL obtient le transfert d’un nom de domaine cybersquatté vendant de la contrefaçon. Tout d’abord, il faut dire que JULL fabrique et vend des vaporisateurs de nicotine qui servent d’alternative aux cigarettes. L’entreprise américaine utilise la marque principale JUUL et d’autres marques connexes en rapport avec ces produits depuis avril […]


Étiquettes :

Cybersquatting Montblanc

MONTBLANC récupère un domaine vendant de la contrefaçon

Un nom de domaine associant la marque MONTBLANC à « India » (Inde en anglais) vend de la contrefaçon. L’entreprise récupère le nom de domaine cybersquatté via une procédure extrajudiciaire « UDRP » rendue par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). La cime du Mont-Blanc est accessible aux contrefacteurs. Comme on pouvait s’y attendre, […]


Étiquettes :

Share via
Copy link
Powered by Social Snap