Cybersquatting Montblanc

MONTBLANC récupère un domaine vendant de la contrefaçon

Publié le dimanche 01 mars 2020 par Jean-François POUSSARD

Un nom de domaine associant la marque MONTBLANC à « India » (Inde en anglais) vend de la contrefaçon. L’entreprise récupère le nom de domaine cybersquatté via une procédure extrajudiciaire « UDRP » rendue par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI).

La cime du Mont-Blanc est accessible aux contrefacteurs. Comme on pouvait s’y attendre, aucune marque de luxe n’échappe à la vente de faux.

MONTBLANC conçoit, fabrique et vend des instruments d’écriture, des montres, des bijoux, des articles en cuir, des parfums et des lunettes. Il commercialise ses célèbres stylos identifiés par la marque MONTBLANC depuis 1906.

Mentionnons que l’entreprise est présente dans plus de 70 pays et compte plus de 360 boutiques. Outre cela, MONTBLANC exploite un site commercial www.montblanc.com et dispose d’une présence active sur les réseaux sociaux.

Quelque soit leur âge, leur statut de bourgeois ou non, MONTBLANC est bien connue des consommateurs de stylos de luxe.

Contrefaçon MONTBLANC en Inde

Le 19 avril 2019, un tiers a néanmoins acheté un nom de domaine associant la marque au nom du pays Inde. L’emploi d’un nom de domaine contrefaisant associant la cible lésée et un terme géographique est courant.

Sans tarder, le cybersquatteur a utilisé le nom de domaine litigieux pour diriger les internautes vers un faux site web. De surcroît, le site internet frauduleux est similaire à plusieurs égards au site de MONTBLANC.

Le faux site propose à la vente des produits estampillés MONTBLANC achetables en roupies indiennes, c’est-à-dire la monnaie indienne. De même, le site contrefait affiche bien en vue une offre de code promotionnel. Il s’approprie également l’identité de la marque en Inde en présentant un copyright « MONTBLANC INDIA ». C’est ainsi qu’il se présente dans la rubrique Qui Sommes-nous.

Dans ces conditions, il est facile pour la marque de récupérer la gestion du nom de domaine.

Les grandes entreprises de bijoux ou stylos de luxe surveillent leurs marques. La lutte anti-contrefaçon s’accompagne d’une surveillance de nom de domaine afin d’attirer l’attention sur l’activation d’une fausse boutique.


À propos de Faux.fr par Solidnames

FAUX.FR est un vrai site d’informations de SOLIDNAMES, société spécialisée dans les noms de domaine internet.

FAUX.FR est un site web d’actualité traitant de faux sites web vendant de la contrefaçon et de faux mails utilisés pour du phishing.

 

SOLIDNAMES, Surveillance, Rachat et Achat Noms Domaine Internet

 

SOLIDNAMES propose des services de surveillance de marque, de rachat et de gestion de noms de domaine.

SOLIDNAMES est un bureau d’enregistrement accrédité par l’AFNIC pour l’achat de nom de domaine.

La société SOLIDNAMES a été créée par Anthony DON et Jean-François POUSSARD. L’entreprise évolue dans le coworking SOLIDPLACES à Bordeaux.

SOLIDNAMES et ses noms de prestations Brand Alert et SecURL sont des marques enregistrées, protégées et surveillées 😊.


Un autre article ?

avocat contrefaçon

Quand un ancien site web d’avocat vend de la contrefaçon

Un avocat qui vend de la contrefaçon ? Le nom de domaine est presque identique à la marque bien établie TAJ-AVOCATS de DELOITTE, et propose à la vente des contrefaçons de vêtements « Balenciaga ».


Étiquettes : ,

Champagne Louis Roederer

Champagne Louis Roederer ciblée par une usurpation d’identité

Un fraudeur s’est fait passer pour la société Champagne Louis Roederer en usurpant son identité par e-mail via un nom de domaine cybersquatté.


Étiquettes :

vêtements marks spencer

Un faux site de vêtements Marks & Spencer supprimé

Un nom de domaine cybersquatté a hébergé un site proposant à la vente des vêtements sous les marques Marks & Spencer en reproduisant les images des produits protégés par le droit d’auteur de l’entreprise britannique.


Étiquettes : ,

Share via
Copy link
Powered by Social Snap