Mr Porter

Un faux site du e-commerçant Mr Porter

Publié le mardi 12 septembre 2023 par Jean-François POUSSARD

Mr Porter, une boutique en ligne spécialisée dans la mode masculine, obtient la fermeture d’un faux site vendant de faux vêtements.

Sur son site officiel, Mr Porter propose une sélection de plus de 500 des marques les plus recherchées au monde. La marque propose tout type de vêtements pour homme ainsi que des chaussures,  accessoires ou sous-vêtements.

La marque appartient à The Net-A-Porter Group Limited. C’est un célèbre détaillant de mode en ligne dont le siège social est à Londres, au Royaume-Uni. L’entreprise compte aussi des bureaux à New York, aux États-Unis, à Hong Kong, en Chine, et à Dubaï, aux Émirats arabes unis.

De plus, Net-A-Porter fait partie du célèbre groupe Richemont.

La société possède un portefeuille d’enregistrements de marques pour MR PORTER et MR P.

La marque Mr Porter défendue par Net-A-Porter

Un contrefacteur a enregistré le nom de domaine litigieux <mrportersale.com> le 6 mai 2022. A cet égard, il correspond à un site web affichant la marque. De plus, il propose prétendument à la vente des produits sous la marque MR P. à des prix réduits.

Net-A-Porter a alors engagé une procédure extrajudiciaire « UDRP » numéro D2022-3269 auprès de l’OMPI.

Dans ces conditions, elle a prouvé que le nom de domaine contesté ressemble à la marque contrefaite, ce qui prête à confusion. En effet, il comprend la marque dans son intégralité. Il supprime juste l’espace dans la marque et ajoute simplement le terme « sale » soit vente en anglais.

L’utilisation du terme « sale » lié à l’activité de la marque constitue la preuve que le fraudeur tente d’arnaquer les clients. Ainsi, il essaie de leur faire croire que les produits vendus sur le site sont authentiques en créant une impression d’affiliation avec Mr Porter.

Dans ce litige, le cybersquatteur utilise le nom de domaine litigieux dans le cadre de la mise en vente de versions non autorisées ou contrefaites de vêtements.

Par conséquent, les consommateurs peuvent croire à tort que les biens sont offerts dans le cadre d’une coopération commerciale entre le squatteur et la marque, ce qui n’est pas le cas.

Ainsi, les intentions du contrefacteur sont d’induire les consommateurs en erreur. Ils les détournent alors du site réel et officiel de la marque afin de créer un gain commercial. D’après l’expert, cet usage caractérise sa mauvaise foi.

La marque obtient la reprise en gestion du nom de domaine cybersquatté.


À propos de Faux.fr par Solidnames

FAUX.FR est un vrai site d’informations de SOLIDNAMES, société spécialisée dans les noms de domaine internet.

FAUX.FR est un site web d’actualité traitant de faux sites web vendant de la contrefaçon et de faux mails utilisés pour du phishing.

 

SOLIDNAMES, Surveillance, Rachat et Achat Noms Domaine Internet

 

SOLIDNAMES propose des services de surveillance de marque, de rachat et de gestion de noms de domaine.

SOLIDNAMES est un bureau d’enregistrement accrédité par l’AFNIC pour l’achat de nom de domaine.

La société SOLIDNAMES a été créée par Anthony DON et Jean-François POUSSARD. L’entreprise évolue dans le coworking SOLIDPLACES à Bordeaux.

SOLIDNAMES et ses noms de prestations Brand Alert et SecURL sont des marques enregistrées, protégées et surveillées 😊.


Un autre article ?

soldes jouets janod

Un faux site de soldes de jouets JANOD

Un faux site internet de soldes de jouets de la marque JANOD a été utilisé pour récupérer les numéros de cartes bancaires des clients fraudés par ce phishing.


Étiquettes : , ,

Frais expédition impayés DHL

L’identité de DHL usurpée pour obtenir le paiement de frais d’expédition impayés

Plusieurs e-mails indésirables se présentant sous le nom de DHL réclament des frais d’expédition impayés. Il s’agit d’une arnaque aux frais d’expédition.


Étiquettes :

Faux investissement crypto monnaie

Le nom de la banque BARCLAYS utilisé pour une arnaque à la cryptomonnaie

Une arnaque à la cryptomonnaie a été diffusée via un nom de domaine cybersquattant la banque BARCLAYS. Une victime a perdu 75 000 $ dans ce faux investissement en cryptomonnaie.


Étiquettes : ,

Share via
Copy link
Powered by Social Snap